Eh Thomas, c'est gentil chez toi....




Connectez vous....
ça prend 2 secondes et ça nous fait tellement plaisir.



Eh Thomas, c'est gentil chez toi....

Tout , ou presque tout, sur Thomas Fersen.
 
PortailAccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion
Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com  Image hébergée par servimg.com   Image hébergée par servimg.com

Partagez | 
 

 Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bijou
Dracula
Dracula


Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 10/11/2004

MessageSujet: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Mer 17 Nov 2004 - 16:23

Pourquoi les journalistes ne citent jamais Fersen dans les articles sur la nouvelle chanson française qui fleurissent un peu partout ?
Je l'avais déjà remarqué plusieurs fois mais là ça commence à m'énerver !!
Et hier que vois je ? un article dans le nouveau télérama sur cette nouvelle vague : Delerm, Bénabar, Biolay, Bruni...et patati.. et mon Fersen alors ? c'est le meilleur et il n'est jamais cité ! On parle de Miossec, Dominique A, des plus vieux des plus jeunes..Bon il paraitrait que les plus jeunes ont plus d'humour mais la musique est moins travaillée..Fersen justement il a l'humour et une super musique ! Alors pourquoi n'en parle t-on pas ?
L'an dernier j'ai déjà passé toute la soirée des victoires de la musique à la télé à attendre que l'album "Pièce montée des grands jours" soit cité ! Pas la moindre allusion !! Si quelqu'un comprend le pourquoi j'attends qu'on m'explique !
Revenir en haut Aller en bas
Françoise
Bannie
Bannie


Féminin Nombre de messages : 6994
Date d'inscription : 08/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Mer 17 Nov 2004 - 17:22

Je sais pourquoi !... Very Happy . Il a un mauvais attaché de presse !.. Shocked .. Je plaisante. Oui. je vois ce que tu veux dire. Pour son public, c'est vrai, on est content quand on parle de lui. C'est toujours interressant, pour nous, de voir, percevoir de quelle façon il est perçu, précisement, par le milieu "artistico journalistique ". Encore faut il que le dit journaliste fasse correctement son travail. J'entends par là qu'il soit curieux, aiguisé, sincère, spntanné. Enfin, qu'il aime ce qu'il fait.... Auquel cas effctivement, Thomas lui méme est alors excellent. s 'il sent que son interlocuteur, lui, est parfaitement motivé dans sa demarche. Pour le reste, il faut penser à Thomas, d'abbord, est-ce si important pour lui, précisement, de passer dans certaines emissions, ou son talent ne sera pas ou mal mis en valeur, ou il passera dans des conditions techniques déplorables ?
Il y a de bonnes emissions, et de moins bonnes. Vouloir passer à tout prix dans des emissions de télé médiocres me paraitrait déplacé. C'est ce qu'il fait jusqu'alors : Il choisit. très bien, méme.... Mieux vaut le voir moins, et le voir bien, dans de bonnes conditions. Auquel cas ces prestations sont alors d'excellentes qualité. Voir celle de France Culture ( chanson boum ). Celle de radio Canada, aussi avait été très bonne. Celle de carambolimage, par les enfants, est excellente. Je ne pense pas qu'il faille à tout prix qu'on le voit, mieux vaut à bon escient, je crois. Ce qu'il fait très bien !..... bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://francoise.babaorum.info/portal.php
memesse
Pièce montée des grands jours
Pièce montée des grands jours
avatar

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 06/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Mer 17 Nov 2004 - 19:30

pis bon, classer Thomas dans la "nouvelle" chanson française alors qu'il a plus de 10 ans de carrière derrière lui, je trouve que ça serait tout de même assez mal venu

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://darth-memesse.hautetfort.com
Blue
Mule en reptile
Mule en reptile
avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 06/10/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Mer 17 Nov 2004 - 20:01

Bijou a écrit:
L'an dernier j'ai déjà passé toute la soirée des victoires de la musique à la télé à attendre que l'album "Pièce montée des grands jours" soit cité ! Pas la moindre allusion !!

tu n'étais pas la seule à attendre ! je connais au moins une personne dans ton cas et qui fut fort déçu, lui aussi.....
Revenir en haut Aller en bas
Blue
Mule en reptile
Mule en reptile
avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 06/10/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Mer 17 Nov 2004 - 20:03

memesse a écrit:
pis bon, classer Thomas dans la "nouvelle" chanson française alors qu'il a plus de 10 ans de carrière derrière lui, je trouve que ça serait tout de même assez mal venu

de toute façon, il est inclassable............pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Bijou
Dracula
Dracula


Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 10/11/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Jeu 18 Nov 2004 - 11:30

memesse a écrit:
pis bon, classer Thomas dans la "nouvelle" chanson française alors qu'il a plus de 10 ans de carrière derrière lui, je trouve que ça serait tout de même assez mal venu

Bien sûr, je sais bien qu'il ne fait pas parti des derniers venus mais dans l'article en question Miossec par exemple était cité, il a aussi 10 ans de carrière (je l'aime bien aussi d'ailleurs).. Ce que je veux dire c'est que lorsque les journalistes ont l'air de découvrir qu'il existe enfin une bonne chanson française avec tous ces nouveaux venus celà me fait mal que l'on ne cite jamais Fersen qui pour moi est un grand ! Et je voudrais que celà se sache un peu plus !
Maintenant je suis d'accord avec toi Salpi lorsque tu dis que Thomas n'en veux pas plus et choisis, c'est vrai et il a raison. Mais je crois que Brassens par exemple était trés discret aussi et pourtant maintenant il reste une référence et personne ne l'ignore. Je me demande toujours si l'oeuvre de Fersen restera et si la réponse était non je le regretterai beaucoup !
En tout cas l'ami Thomas il nous a nous et s'il ne veux pas de pub moi je peux vous dire que j'essaie de faire aimer ses chansons et je prète beaucoup ses disques !
Et puis bravo à Hervé pour ce forum car ça fait quand même grand bien de pouvoir partager avec des gens qui eux, enfin connaissent Thomas Fersen !!!
Revenir en haut Aller en bas
Françoise
Bannie
Bannie


Féminin Nombre de messages : 6994
Date d'inscription : 08/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Jeu 18 Nov 2004 - 12:16

Bonjour;
Si tu compares le trajet de Brassens avec celui de Thomas, je suis presque sur que Brassens lui méme a bien du souffir de meconnaissance, au bout de dix ans. Tous les grands artistes, s'ils restent intégres, ont plus de mal à se faire apprécier, à se faire connaitre. Brassens est lui méme resté absolument intransigent sur ses principes, concernant sa carrière. Quand à Thomas, il a toute la vie devant lui pour continuer à evoluer. Et séduire, s'il le desire un plus large public. Mais il ne le fera pas à n'importe quel prix.... Et c'est bien là ce qui fait son.........................prix.
J'ai touvé, dans l'interview qu'il a donné, sur Inter, l'autre jour, un truc très interressant, à ce sujet, quand il parlait de l'ossature des concerts. Dans le vivier dans lequel il puisait, pour "construire" son spectacle.
Tout à l'heure, je me disais, en écoutant William Sheller, que précisement, plus la production de chansons était importante, plus la diversification eventuelle de l'artiste était possible. Plus le panel de gens, susceptible d'étre séduits était large. Longue vie artistique à Thomas !... Alors... Que le plus de gens possible, aient la possibilité d'aimer ce qu'il fait, et fera. cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://francoise.babaorum.info/portal.php
Bijou
Dracula
Dracula


Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 10/11/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Jeu 18 Nov 2004 - 21:44

[quote="salpiglossis"]Bonjour;
J'ai touvé, dans l'interview qu'il a donné, sur Inter, l'autre jour, un truc très interressant, à ce sujet, quand il parlait de l'ossature des concerts.


Dis donc Salpi, tu m'as l'air bien au courant des passages radio ou TV de Thomas, tu me tiendras au courant la prochaine fois !! Je n'ai jamais eu la chance de le voir à la TV.. Par contre j'ai aussi écouté Sheller ce matin (j'aime beaucoup aussi)..
Revenir en haut Aller en bas
valeria
Zaza
Zaza


Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 30/10/2004

MessageSujet: pourquoi ne parle-t-on jamais de Thomas ?   Jeu 18 Nov 2004 - 23:46

Je suis tellement d'accord ! moi aussi, j'ai lu l'article en gros et en détail pour voir qu'on ne le citait même pas. Et "il n'y a que Keren Ann et Biolay qui savent faire des textes ou des mélodies" dit françoise Hardy. Et les Victoires de l'an dernier, on se demande s'ils ont entendu parler de Pièce Montée...
Revenir en haut Aller en bas
memesse
Pièce montée des grands jours
Pièce montée des grands jours
avatar

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 06/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Ven 19 Nov 2004 - 7:08

”Nous, on voulait changer le monde, eux commentent leurs années lycée”


Laurent Voulzy, Françoise Hardy, Louis Chedid, Christophe, Julien Clerc et Michel Delpech jugent la génération Bénabar…


Bien sûr qu'ils écoutent, qu'ils aiment savoir ce qui se mijote dans le chaudron bouillonnant de la jeune chanson. D'ailleurs, c'est drôle, chacun reconnaît les siens… et s'y reconnaît un peu. Françoise Hardy aime Keren Ann pour sa mélancolie et ses belles mélodies. Louis Chedid apprécie l'ironie douce-amère d'Albin de la Simone. Laurent Voulzy s'avoue inspiré par la voix feutrée de Coralie Clément. Et même Christophe, qui vous assène d'emblée un « je n'en connais aucun, je n'écoute jamais de Français », vous dit trente secondes plus tard qu'il adore M pour « son amour du son » et Carla Bruni pour « sa façon de bouger les mots ». Mais ne nous y trompons pas : nos maîtres chanteurs ne font ni dans la filiation, ni dans le dithyrambe. Parfois même, à les entendre parler, on se croirait plongé dans un bon vieux conflit de générations. Sentiments en nuances, voire en ambivalence. Si les quinquas ont l'ouïe fine, ils peuvent aussi avoir la dent dure.

1 - Le retour du verbe et du réalisme

Dans le genre, Laurent Voulzy n'est pas le plus sévère, mais peut-être le plus sceptique. « Dans les années 80, les médias parlaient déjà de “nouvelle chanson française”. C'était une espèce de label où se retrouvaient des artistes qui soignaient le texte, sans forcément se soucier de la musique. Les jeunes d'aujourd'hui retournent beaucoup vers ça. » C'est vrai, le verbe revient en grâce, mais il ne se conjugue plus forcément comme hier. « Nous, on voulait changer le monde, assure Julien Clerc. Désormais, ils le décrivent, commentent leurs années lycée et leur petit environnement. Non sans talent, parfois. »

Nous vivrions donc l'avènement d'un certain réalisme postadolescent. Ses fers de lance ? Vincent Delerm, bien sûr, mais aussi Bénabar, dont l'écriture à la fois prosaïque et poétique intrigue Michel Delpech. « Avec des mots simples, un langage quotidien, il sait faire des chansons extrêmement bien foutues, amusantes ou émouvantes. Il décrit le monde ordinaire, mais avec un regard extraordinaire. C'est fort. » William Sheller doit être de cet avis, puisque c'est en entendant un titre du même Bénabar (Je suis de celles) que lui est venu l'envie de refaire un disque en piano-voix.

Mais une chanson, ce n'est pas que le texte, c'est aussi la musique. Et c'est souvent là que le bât blesse, que cela heurte les tympans d'une génération pétrie de pop. « Il y a trente ans, notre musique de référence était anglo-saxonne, se souvient Louis Chedid. On voulait bien chanter en français à condition que ça sonne anglais. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. » Julien Clerc acquiesce : « J'entends beaucoup de piano-voix, de guitares acoustiques et d'accordéon, comme si musicalement, les Beatles n'avaient pas existé. » D'où les réserves d'un Voulzy. « Moi, je suis surtout sensible aux mélodies. Alors, le texte… J'aime Emilie Simon parce qu'elle crée un climat musical au-delà des mots. Mais je dois faire un effort pour entrer dans les chansons de Delerm. » Et encore, tout le monde n'a pas le talent de l'auteur de Kensington Square ! Julien Clerc lâche le couperet : « Quand je lis leurs textes, je me dis qu'il est toujours aussi difficile de trouver de bons auteurs… »

Et vlan sur la plume ! Si les trentenaires se targuent de signer paroles et musiques, cela ne suffit pas à convaincre leurs aînés. Françoise Hardy fait même carrément la moue : « Je ne vois guère que Keren Ann et Benjamin Biolay qui sachent écrire tout en ayant le sens de la mélodie. Les autres ne me touchent pas. Parfois même, ils m'indisposent... Mais ne donnez pas de noms, je ne voudrais pas leur faire de peine. » Avec ou sans gants, on ne convertira pas si vite les enfants du rock à la chanson à texte. « Delerm ou Bénabar sont peut-être doués, mais ils sont avant tout des gens du mot, et moi, je suis un homme du son », tranche Christophe.

2 - L'ironie en plus

Pourtant, ces jeunes auteurs ont une arme qui peut aussi faire mouche, l'humour. Julien Clerc : « Les jeunes chanteurs ont souvent un côté loufoque. » Michel Delpech : « Ils sont plus drôles que nous ! » Louis Chedid : « Ils ont presque tous une attitude ludique sur scène, pas du tout coincée, péremptoire ou froide. Avec beaucoup de second degré. » Aux lendemains qui chantaient se seraient donc substitués aujourd'hui la dérision, l'ironie, voire le cynisme. « Ça non plus, c'est pas nouveau ! Vous avez oublié Alain (Souchon) ? » s'étonne Laurent (Voulzy). « Et Jacques (Dutronc), vous en faites quoi ? » renchérit Françoise (Hardy). Certes. Disons alors que si les trentenaires n'ont pas inventé l'humour, ils l'ont largement répandu dans leurs refrains. Ce qui n'est pas une garantie de réussite selon l'exigeant M. Clerc : « Exception faite de la Grande Sophie – formidable ! –, on dirait que les jeunes n'ont pas envie de toucher le public. Quand le texte est drôle, ils mettent souvent des accords un peu frottants pour accentuer leur décalage. C'est pas comme ça qu'ils feront des chansons populaires. »

3 - A l'aise sur scène

Bon, ils doivent tout de même avoir quelques qualités, ces petits nouveaux qui cassent la baraque. A priori, tout le monde leur en reconnaît au moins une : leur aisance scénique. Logique : c'est par la scène qu'ils sont arrivés, et c'est souvent là qu'ils se sentent le mieux. « C'est le contre-effet Star ac, analyse Chedid. Si la téléréalité musicale a squatté les grands médias, elle a engendré un contre-courant avec M, Sanseverino, Bénabar… Les gens en avaient assez d'entendre des produits manufacturés. Ils ont eu besoin d'artistes authentiques. Et pour les découvrir, ils sont retournés dans les petites salles. » Chedid y voit une chance pour les apprentis chanteurs : « Les jeunes ont dû apprendre à convaincre un public en direct. Du coup, sur scène, ils se sentent chez eux. C'est une force. » « C'est même leur plus grand atout, prolonge Julien Clerc. J'ai eu la chance d'avoir Delerm en première partie, et je l'ai vu : tous les soirs, avec son piano et son petit magnétophone, il amenait une vraie dimension théâtrale à son tour de chant. Tranquillement, il établissait une connivence avec un public qui ne le connaissait pas. »

4 - La fin des complexes

Génération décomplexée, génération désinhibée. Celle des trentenaires a digéré sans encombre ses influences rock, pop et chanson. Et contrairement à ses prédécesseurs, elle les assume. « Ecoutez Carla Bruni, insiste Christophe. Elle chante une espèce de blues en français, et elle bosse avec ce superguitariste rock, Bertignac ! On sent chez elle une culture très mélangée, française, italienne et anglo-saxonne. » A entendre Michel Delpech, le grand rift générationnel se comblerait peu à peu. « Moi, quand je croisais Charles Aznavour, j'avais l'impression de rencontrer l'empereur. J'étais pétrifié. Aujourd'hui, sur un plateau de télé, un gamin de 20 ans peut chanter avec McCartney. Les jeunes sont plus affranchis que nous des géants du rock et des fantômes qui nous écrasaient. Ils sont libérés, naturels. Et ils n'hésitent pas à venir nous proposer des duos ou des chansons. »

Apparemment, ce n'est pas pour déplaire à nos quinquas. Au printemps dernier, Delpech a rejoint Bénabar sur la scène du Grand Rex et Louis Chedid a enregistré avec des musiciens d'AstonVilla. François Hardy, elle, vient d'enregistrer un titre de Benjamin Biolay ; et demain, Christophe pourrait bien travailler avec sa nouvelle chanteuse préférée : « Je ne chanterai pas avec Carla juste parce que c'est Carla. Ensemble, nous ferons un chef-d'œuvre sinon rien. » Nous voilà prévenus.

5 - Emulation intergénération ?

L'effervescente jeunesse bousculerait-elle les habitudes ? Pour Michel Delpech, c'est oui : « Ils nous incitent à nous remettre en cause, à rester dans l'air du temps. Plus il y aura de jeunes qui poussent à la porte, mieux ce sera… » Pour Laurent Voulzy, c'est moins net : « Je n'ai pas besoin d'eux pour me motiver. Mais je suis curieux d'entendre ce qu'ils font. » Et pour Christophe, c'est plus compliqué : « Quand je compose, je m'enferme dans ma bulle. L'extérieur ne m'intéresse pas. Mais j'ai tellement écouté le dernier album de M qu'il va forcément rejaillir sur mon travail. Et c'est bien. » Influences en aller-retour.

Cela dit, jeunes talents, ne vous emballez pas trop rapidement : à ce jour, beaucoup de vos aînés vous observent avec intérêt, plaisir, mais aussi… circonspection. « Vous verrez, il en ira de cette génération comme des autres, prédit Julien Clerc. Dans dix ans, seuls quelques-uns surnageront. Et pour l'instant, je n'en ai vu aucun qui m'ait vraiment impressionné. Toutefois, je ne me suis toujours pas rendu à un concert de Cali ou de Bénabar, et on me dit qu'ils sont très forts. » En effet, ils le sont…


Propos recueillis par Valérie Lehoux
Source : Télérama n° 2862 - 12 novembre 2004
www.telerama.fr

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://darth-memesse.hautetfort.com
Françoise
Bannie
Bannie


Féminin Nombre de messages : 6994
Date d'inscription : 08/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Ven 19 Nov 2004 - 9:21

Dis donc Salpi, tu m'as l'air bien au courant des passages radio ou TV de Thomas, tu me tiendras au courant la prochaine fois !! Je n'ai jamais eu la chance de le voir à la TV.. Par contre j'ai aussi écouté Sheller ce matin (j'aime beaucoup aussi)..
Bonjour !... Pour les passages télé de Thomas, en principe, si je les connais, je les mets dans "a ne pas rater à la télé ", pour lui,ou quelqu'un d'autre. Et moi ou quelqu'un d'autre ouvre eventuellement un sujet, sur l'emission.
Pour revenir à William Sheller, oui, j'ai vraiment beaucoup aimé cette emission. Cet homme là est un ange !... Et je ne suis pas sure qu'il soit au courant. Il a de plus, une voix qui a le pouvoir de soigner les gens.... Il y a des gens, comme ça. ils te reciteraient le botin, qu'ils te répareraient quand méme !... Bon. J'exagère un peu. Mais y'a d'ça !....
J'ai beaucoup aimé plein de choses qu ' il a dit, en fait. Comment trier ? Dans tout ça.... La relation, quasi charnelle, avec son piano. Que j'ai trouvé très emouvante. Le fait que ce soit un instrument fragile. Il en parlait comme s'il s'agissait de son meilleur ami, une compagne de tous les jours. C'était très beau. Son parcours artistique, aussi, les différentes expériences qu'il a eu. Les gingles, l'analyse de celui de France Inter !..... Très interressant. Il disait que ça lui "affutait la plume "... Super ?... Non ?... Ce qui est curieux, chez lui, c'est le fait qu'il réarrange certaines de ses chansons. C'est une chose qu'il fait très souvent. Il métamorphose littéralement ses chansons de la sorte. C'est curieux.... Je crois que c'est le seul à faire ça autant. Un peu comme s'il était une petite fille, et qu'il jouait à la poupée. "Et que je te deshabille, et que je te réhabille"
. Et ça donne une chanson complètement nouvelle !.... Ca renove une chanson avec la méme efficacité que s'il avait autorisé quelqu'un d'autre à la chanter, sauf que...... Ca n'est pas le cas !... Et qu'il préserve ainsi l'intimité de la relation qu'il a lui méme avec cette chanson... Bien vu ?... Non ?
J'ai beaucoup aimé, aussi, sa façon de demystifier le fait d'écrire en vers. On a toujours l'image d'un mec, "au crépuscule", comme disait Rebecca Manzoni, et lui s'est mis à rigoler, et de dire qu'il fallait arreter tout ça, qu'il utilisait le dictionnaire de rimes, etc... J'ai trouvé ça d'une intelligence, d'une spontanéité, revigorante. Vraiment. C'est génial, d'entendre une emission avec ce mec. Le fait de se confier, comme ça, en prenant son temps. De nous faire partager l'intimité de la création. Je trouve ça très emouvant. C'est ce qu'avait fait Thomas, à Carambolimage. Mais c'était un peu court !.... Bien , Rebecca Manzoni... Vraiment très bien !...
Revenir en haut Aller en bas
http://francoise.babaorum.info/portal.php
Françoise
Bannie
Bannie


Féminin Nombre de messages : 6994
Date d'inscription : 08/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Ven 19 Nov 2004 - 9:48

Ha !.... La bonne blague !....... Et moi qui leur taillais un costard hier soir sur le forum de tot ou tard !.... EXCELLENT cet article.... VRAIMENT EXCELLENT. Et le plus comique, c'est qu'avant de venir sur ce forum, je suis allée sur celui de tot ou tard, pour preciser ma pensée !....
Bon. Ne nous égarons pas.... Celui qui a le plus la dent dure,c'est julien Clair...
Ca les fait quelque part un peu chier, de voir autant de talent... Non ?..... Mais ils ont tous l'honneteté de reconnaitre que le talent est là... Que ça leur plaise ou non.... Et qu'ils doivent, eux... Faire avec !....
Je reconnais que l'analyse est super affutée... Je suis tout à fait d'accord en ce qui concerne le sens de l'humour. C'est une dimension que quasiment seul Dutronc savait mettre en avant. Je pense, moi, que c'est une valeur complètement sous exploitée. Ce qui ne signifie pas qu'un concert doive se transformer en squetche humoristique. La nuance, la subtilité sont de mise..... Et ils savent y faire. Je ne suis pas certaine qu'ils aient pleinement conscience que cet aspect des choses soit si important. Et pourtant. Quand on lit les commentaires des gens qui vont au concerts... C'est ce qu'ils remarquent. Les mimiques de Thomas. L'humour pince sans rire de bénabar, ou de Vincent Delrm. Sans cet humour, ils perdent tous une part trè importante de leur succes. C'est de plus un atout que presque uniquement la scene met en valeur. Les gens ont alors le sentiment de recevoir ça comme un véritable cadeau, qui leur ai destiné à eux seuls. Et la génération précedante, citée plus haut était rigoureusement inexistante, sur ce plan là.
Quand à cette génération là. Maintenant. Je regrette pour ma part, que Jeanne Cherhal n'ait jamais été citée. Car précisement, en ce qui concerne l'humour, elle est elle, tout à fait efficace, dans ce registre. Chose qui est un atout majeur, Ce que peu de femmes osent. Carla Bruni faire sourire ?...Non.... Pas vraiment."ils sont deshinibés !" Et bien, oui !..... Il est clair que par rapport à cette génération qui précéde... Ils le sont. Putain, c'que ça fait du bien !.....
Un tout petit commentaire, là.... Me vient à l'esprit...."Ils n'ont rien inventé" Ca les emmerde un peu, là.... Non ?.....Mais pour relancer leur carrière... A eux..... c'est quand méme bien utile ? Non ..... Des p'tits jeunes deshinibés ?
Revenir en haut Aller en bas
http://francoise.babaorum.info/portal.php
Marcello
Dormir par terre
Dormir par terre
avatar

Masculin Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/10/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Ven 19 Nov 2004 - 18:13

”Nous, on voulait changer le monde, eux commentent leurs années lycée”


Laurent Voulzy, Françoise Hardy, Louis Chedid, Christophe, Julien Clerc et Michel Delpech jugent la génération Bénabar…
Dans cet article, je trouve les propos de Louis Chedid, William Sheller et Michel Delpech plutôt justes et sensés. Je suis un peu moins amateur de Laurent Voulzy, Françoise Hardy et Christophe donc leur opinion m’importe moins. Par contre, j’aime beaucoup Julien Clerc et j’ai beaucoup de mal à accepter ce qu’il dit.

« Nous, on voulait changer le monde, assure Julien Clerc. Désormais, ils le décrivent, commentent leurs années lycée et leur petit environnement. Non sans talent, parfois. »

Lorsqu’ils ont pointé leur nez sur la scène française, nos très honorables « anciens » n’avaient connu que des gouvernements libéraux, ils rêvaient d’un autre monde où la terre serait ronde…et d’une société dans laquelle il serait interdit d’interdire. La génération actuelle a connu l’alternance politique. On ne peut pas lui reprocher d’être plus réaliste et moins utopiste que celle de leurs aînés.


… Mais une chanson, ce n'est pas que le texte, c'est aussi la musique. Et c'est souvent là que le bât blesse, que cela heurte les tympans d'une génération pétrie de pop. « Il y a trente ans, notre musique de référence était anglo-saxonne, se souvient Louis Chedid. On voulait bien chanter en français à condition que ça sonne anglais. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. » Julien Clerc acquiesce : « J'entends beaucoup de piano-voix, de guitares acoustiques et d'accordéon, comme si musicalement, les Beatles n'avaient pas existé. »

Qu’est-ce que c’est que cette espèce de nostalgie ? j’étais et demeure un grand admirateur des Beatles. Leur musique sonnait et contrastait avec tout ce que l’on entendait alors à la radio et elle aura été une révélation pour les ados dont je faisais partie. Pourtant, autant que je m'en souvienne, hormis quelques morceaux, comme le magnifique "the fool on the hill", sur lesquels on entendait d'autres sonorités, les compositions des Beatles ne brillaient pas par leur diversité instrumentale. Quand j'écoute Bénabar, j'entends également les percussions et la guitare mais aussi du piano, de la contrebasse, de l'accordéon, des cuivres... Les musiciens d’aujourd’hui sont au moins aussi talentueux que ceux d’hier et leurs mélodies souvent plus recherchées. Et puis, c’est bizarre, j’ai bien cru vous entendre déjà parler d’exception culturelle française, alors pourquoi se plaindre d’une sonorité un peu moins anglo-saxonne !

Julien Clerc lâche le couperet : « Quand je lis leurs textes, je me dis qu'il est toujours aussi difficile de trouver de bons auteurs… »

Ben alors Julien ! c’est le beaujolais nouveau qui te donne des aigreurs ? tu as oublié que tu as récemment composé des musiques sur les textes de Carla Bruni et que tu as toi aussi chanté des textes qui n’avaient pas toujours une qualité exemplaire. Sans vouloir t’accabler, « petits pois et lardons » ou « la fille au bas nylon » (comme on me l’a soufflé ailleurs), ce n’était pas du Verlaine non plus.

Disons alors que si les trentenaires n'ont pas inventé l'humour, ils l'ont largement répandu dans leurs refrains. Ce qui n'est pas une garantie de réussite selon l'exigeant M. Clerc : « Exception faite de la Grande Sophie – formidable ! –, on dirait que les jeunes n'ont pas envie de toucher le public. Quand le texte est drôle, ils mettent souvent des accords un peu frottants pour accentuer leur décalage. C'est pas comme ça qu'ils feront des chansons populaires. »

Oh Juju, ça ne s’arrange pas !
J’avais déjà été passablement agacé de t’entendre expliquer la naissance de la chanson Mélissa. David Mc Neil t’avait proposé un texte de chanson sur le peintre Matisse mais, craignant que ton public ne le comprenne pas, tu avais fait changer les paroles et Matisse s’était ainsi transformé en Mélissa…
Alors dis, c’est quoi, une chanson populaire ?
Une petite soupe passée à longueur de temps à la radio et qui reste dans l’oreille malgré nous ou une chanson privée de radio mais reprise par le public en concert ?
Si c’est la seconde proposition, ne t’inquiète pas, les Fersen, Bénabar, Sanseverino et autres, ils savent faire.

Pour ce qui est de l’humour dans la chanson, je ne sais pas ce qu’est un accord un peu frottant mais ce que je trouve drôle par dessus tout, c’est justement le décalage entre la musique et les paroles. Quand j’entends Thomas Fersen chanter « Boroborygmes » sur une musique qui prête au romantisme ou raconter le boulot du croque-mort sur un rythme guilleret ça me ravit.


A l’aise sur scène.
« C'est même leur plus grand atout, prolonge Julien Clerc. J'ai eu la chance d'avoir Delerm en première partie, et je l'ai vu : tous les soirs, avec son piano et son petit magnétophone, il amenait une vraie dimension théâtrale à son tour de chant. Tranquillement, il établissait une connivence avec un public qui ne le connaissait pas. »

Alors, tu vois, quand tu te donnes la peine d’être un peu objectif, tu leur reconnais du talent !

« Vous verrez, il en ira de cette génération comme des autres, prédit Julien Clerc. Dans dix ans, seuls quelques-uns surnageront. Et pour l'instant, je n'en ai vu aucun qui m'ait vraiment impressionné. Toutefois, je ne me suis toujours pas rendu à un concert de Cali ou de Bénabar, et on me dit qu'ils sont très forts. »

Pour quelqu’un qui a un avis si précis et surtout si négatif, je trouve que tu manques singulièrement de curiosité.

Sans rancune, Julien, continue de composer de belles mélodies comme tu sais le faire et abstiens-toi de dénigrer ceux que tu méconnais.
Revenir en haut Aller en bas
Blue
Mule en reptile
Mule en reptile
avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 06/10/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Ven 19 Nov 2004 - 19:22

merci !!! fait un temps dégueulasse, mais j'ai de la lecture pour ce week end............
Revenir en haut Aller en bas
Françoise
Bannie
Bannie


Féminin Nombre de messages : 6994
Date d'inscription : 08/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Sam 20 Nov 2004 - 4:44

Ha !.... torok !.... Je savais bien que tu te reveillerai sur ce coup là.... C'est absolument succulent de te lire, comme ça, en commentant au fur et à mesure... Nos points de vue se rejoignent beaucoup, visiblement. Je les trouve vraiment un peu chiés, les vieux, tout de méme... Non ? Ils seraient bien inspirés de regrimper un peu sur scene un peu plus souvent. De commencer à y grimper, pour certains, méme... D'ouvrir leur courrier, aussi, et voir ce que ça fait, de lire ce que "le bas peuple" pense un peu de leurs chansons. Descendre un peu de leur piedestal....
J'ote du lot Chedid et Wiliam Sheller, qui sont honnètes dans leur jugement. J'aimerai bien savoir pour quelles raisons il n'y a que Françoise Hardy qui est citée chez les femmes. Et Veronique sanson, alors ?.... C'est interressant, cette notion de "durer".... "Seuls quelques uns surnageront"......Mais..... C'est très amusant, dites moi !...... Si ces anciens surnagent, eux.... C'est qu'ils ont été bien moins scrupuleux que nos p'tits jeunes d'aujourd'hui, mine de rien. Nos p'tits jeunes n'ont pas besoin de passer à starac pour regonfler leurs ventes, eux... Ils vont au charbon !.... Sur scene !.... Alors que eux, viennent tous minauder , chaparder ce dont ils ont besoin pour..... Surnager, precisement, et ne vont pas à la starac !... Ils sont quand méme bigrement gonflés, je trouve.
Ce qui me choque, dans tout ça, c'est de constater cette malhonnétetè intellectuelle. Car tout de méme.... On ne me fera pas croire que "ces gens là" sont insensibles à cette nouvelle génération !... Pas à moi !.... ils sont combien de dizaines, là, à avoir réellement du talent ?.... Et à leur foutre les boules, à pousser au portillon ?.... Leur "quotient emotionnel" serait il en perte de vitesse.?.... Au méme titre que leur desir de chanter ? Si ça les emmerde de continuer à faire des chansons.... Faut arréter !.... Il faut vraiment, dans leur interet, qu'ils redescendent sur terre, je crois. Le plancher des vaches. Ce doit étre terrible de perdre ainsi sa curiosité, son desir de tout donner à un Art qui les a porté au nues...
Revenir en haut Aller en bas
http://francoise.babaorum.info/portal.php
Blue
Mule en reptile
Mule en reptile
avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 06/10/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Sam 20 Nov 2004 - 8:20

Torok a écrit:

« Vous verrez, il en ira de cette génération comme des autres, prédit Julien Clerc. Dans dix ans, seuls quelques-uns surnageront. Et pour l'instant, je n'en ai vu aucun qui m'ait vraiment impressionné.

il a en effet la dent dure, Julien Clerc.....

je me contenterai de citer Jean-Roger Caussimon "La chanson ne s'arrête pas parce que quelqu'un disparaît. La chanson est une chaîne sans fin dont chaque artiste n'est qu'un humble maillon"

quant à l'époque actuelle, la postérité seule dira si elle a été constitué de maillons forts... (si j'ai parodié Mme Boccolini, c'est tout à fait involontaire)

il y a quand même quelque chose qui m'interpelle dans cet article et on en revient à la question posée par Bijou : a aucun moment le nom de Thomas Fersen n'y est cité....et............ s'il n'en restait qu'un et qu'il serait celui-là ????
Revenir en haut Aller en bas
Françoise
Bannie
Bannie


Féminin Nombre de messages : 6994
Date d'inscription : 08/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Sam 20 Nov 2004 - 9:48

Bonjour !... Oui, c'est vrai. Ca me chagrine un peu aussi, c'est vrai. Moi, je pense que c'est du au style de Thomas. C'est un fabuliste. C'est une race bien différente des autres artistes. Je veux dire que c'est son particularisme exacerbé, qui génère ça, je crois.
Quand on dit de lui qu'il ne ressemble à aucun autre, ça veut bien dire ce que ça veut dire. Inclassable. Et dans l'inconscient collectif, ça veut "il vient d'une autre planète".... Il est, en quelque sorte, trop différent, pour pouvoir faire parler de lui dans le contexte de la chanson actuelle. C'est bien "genty", de faire des chansons sur les cabinets, et les odeurs de pieds, mais y'a surement des gens qui n'aiment pas les odeurs !..... Y compris dans le milieu de la chanson !.... Surtout dans le milieu de la chanson. Moi, je dis: "change rien mon p'tit gars".... Il compose ce qui lui plait, ce qu'il aime. Il doit se sentir à l'aise dans ses chansons comme des "p'titchaussonsbienochofourrésespieddans"..... C'est rigoureusement indispensable à son bonheur....... Et au notre, aussi, en passant... hum... Et donc, la suite viendra..... Quand ça viendra. Ce sont à eux, de se pencher sur son cas. Et pas à lui de jouer les séducteurs, pour leur plaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://francoise.babaorum.info/portal.php
prime
Lion
Lion
avatar

Masculin Nombre de messages : 540
Date d'inscription : 06/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Sam 20 Nov 2004 - 22:35

memesse a écrit:
pis bon, classer Thomas dans la "nouvelle" chanson française alors qu'il a plus de 10 ans de carrière derrière lui, je trouve que ça serait tout de même assez mal venu

Complètement d'accord et c'est d'autant plus énervant que la "nouvelle scène française (francophone)" n'a rien de nouveau. Si l'on entend par "nouveau" le fait que l'artiste sorte son premier album, oui, je veux bien mais ce n'est pas le cas. On classe d'ailleurs parfois Têtes Raides dans la "nouvele scène française" alors que le groupe vient de fêter ses vingt ans de carrière ...

Simplement, la chanson française est revenu à la mode alors on en parle plus et on a l'impression qu'il y a des tonnes de nouveaux "chanteur(euse)s francophones" aujourd'hui alors qu'il y en avait peu il y a dix ou quinze ans, on croit que la "chanson française (francophone)" renaît se ses cendres alors qu'elle n'a jamais disparu.
On s'en rend bien compte, justement en voyant que Fersen ou Miossec ont dix ans de carrière, que d'autres ont sorti leur premier album il y a 5 ou 6 ans, etc.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.les-mathematiques.net/
zebulon
Blatte
Blatte
avatar

Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 22/10/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Dim 21 Nov 2004 - 2:44

[quote="primeon croit que la "chanson française (francophone)" renaît se ses cendres alors qu'elle n'a jamais disparu.
[/quote]

Tout à fait d'accord.
C'est peut-etre seulement qu'elle ne correspondait pas aux critères de commercialisation de cette "periode creuse", critères qui aujourd'hui ont apparemment changé,mais pas tant que ça, car on en est pas encore à entendre LES OGRES DE BARBACKS, DEBOUT SUR LE ZINC,TUE-LOUP, Mr. Green et bien d'autres à la radio...(si ce n'est sur NEO-95.2 en IDFou OUI FM...)
J'ai l'impression que les medias apprecient une certaine scène de la chanson francaise actuelle parce qu'elle fait directement reference aux grands "anciens". Ca ne lui enlève rien de sa qualité, mais ceux qui ne s'en rapproche pas assez resterons dans l'"ombre" mediatique (ce qui n'empêche pas une carrière!!!)...
Pour exemple CAMILLE est quasi inconnue alors que J CHERHAL viens "d'exploser"...et même si CAMILLE n'a qu'un album solo derrière elle, son style,a priori, ne la fera pas "exploser"...et pourtant ce serait tant merité!!! cheers
Mais je me trompe peut-etre...j'espère... Confused
Qui vivra verra.... :cyclops:
:batman:
Revenir en haut Aller en bas
prime
Lion
Lion
avatar

Masculin Nombre de messages : 540
Date d'inscription : 06/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Dim 21 Nov 2004 - 5:15

niko a écrit:
[...]car on en est pas encore à entendre LES OGRES DE BARBACKS, DEBOUT SUR LE ZINC,TUE-LOUP, Mr. Green et bien d'autres à la radio...(si ce n'est sur NEO-95.2 en IDFou OUI FM...)[...]

Rajoute France Inter à ta liste. Wink
C'est à ma connaissance la seule radio de "grande écoute" qui diffuse Les Ogres de Barback, Debout sur le zinc, Tue-Loup et également Camille.
D'ailleurs, bien que France Inter soit une radio "généraliste" et non pas une radio "musicale", on entend plus de titres différents sur Inter que sur NRJ (radio musicale) par exemple. Je n'ai plus les chiffres en tête mais il y a dix fois plus de titres différents sur Inter que sur NRJ sur une année de programmation. Ce qui est énorme.
Et France Inter est une radio d'autant plus intéressante musicalement (et pas seulement musicalement, tant s'en faut) qu'elle diffuse tous les styles musicaux (de la musique classique à la musique électronique en passant par le jazz, la chanson, le rap, le hip-hop et j'en passe) même ceux boudés par les "grands media" en général, comme la musique électronique par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.les-mathematiques.net/
Françoise
Bannie
Bannie


Féminin Nombre de messages : 6994
Date d'inscription : 08/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Dim 21 Nov 2004 - 8:57

Oui, je suis tout à fait d'accord. que serait ton sans france Inter ? Idéale, cette radio. Vraiment. A tous points de vue.
Revenir en haut Aller en bas
http://francoise.babaorum.info/portal.php
zebulon
Blatte
Blatte
avatar

Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 22/10/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Dim 21 Nov 2004 - 23:41

No problem!! salut
Je rajoute france inter ( que j'ecoute peu, j'y suis revenu dernièrement en tombant sur "quand je serais grand" l'aprèm vers 15h...).
En fait les pubs me gonflent tellement que je sature assez vite et met un cd...NEO est LA petite exception parce qu'elle ne passe pas de pubs et qu'elle ne passe QUE des jeunes (et moins jeunes aussi parfois, comme FERSEN...) talents.
A noter qu'on peut normalement l'écouté sur le web= comfm.com...

:batman:
Revenir en haut Aller en bas
prime
Lion
Lion
avatar

Masculin Nombre de messages : 540
Date d'inscription : 06/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   Lun 22 Nov 2004 - 2:00

Oui, comme disent parfois les auditeurs qui appellent (sur France Inter, donc) : "merci de prendre mon appel sur votre antenne où j'aime tout sauf la pub" Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.les-mathematiques.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi ne parle t-on jamais de Thomas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi n'y a-t-il jamais personne sur le Tchat ?
» David Gilmour qui parle français
» La Presse en Parle ...
» Tout le monde en parle...jamais
» Thomas à Vie privée, vie publique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eh Thomas, c'est gentil chez toi.... :: Thomas Fersen :: Autour de Thomas FERSEN-
Sauter vers: